• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
08/06/2015

Sia Partners inaugure son Club « Qualité de Vie au Travail »

Le 14 avril dernier, Sia Partners a inauguré son Club « Qualité de Vie au Travail » en présence de Frédéric Valletoux, président de la Fédération Hospitalière de France, de Loïc Delastre, DRH du  Centre Hospitalier de Compiègne-Noyon et de Jacques Brunot, Général et ancien DRH du Service de Santé des Armées. Espace d’échanges et de réflexion entre Directeurs et DRH de la Fonction Publique, ce Club vise à favoriser les partages d’expériences et à diffuser les bonnes pratiques pour recréer les conditions de l’engagement des agents dans un contexte de profonde transformation.

Des enjeux similaires au sein de la fonction publique…

DRH d’hôpitaux, coordonnateurs RPS, représentants de ministères (Santé, Education) et d’administrations déconcentrées ont ainsi pu échanger librement sur leurs expériences et sur les difficultés rencontrées lors de la mise en place d’une politique de Qualité de vie au travail. Quels outils pour mesurer l’ambiance de travail ? Comment concevoir et mettre en place des actions adaptées ? Comment mettre en place le télétravail dans les administrations, comme cela est évoqué dans le projet d’accord-cadre Qualité de Vie au Travail dans la fonction publique ?

Face à l’impact de l’absentéisme et des risques psychosociaux sur l’efficience opérationnelle, le développement de la Qualité de Vie au Travail (QVT) est au cœur des enjeux de performance et de qualité de service de la Fonction Publique, tous versants confondus.

 "Il est urgent d'entamer une réforme en profondeur de l'organisation du travail à l'hôpital." (Frédéric Valletoux - Président de la Fédération Hospitalières de France)

En effet, si la mobilisation progressive des acteurs publics a permis l’instauration d’un cadre réglementaire structuré, sa déclinaison concrète sur le terrain reste balbutiante. Les liens entre risques psychosociaux, absentéisme et qualité de vie au travail demeurent aujourd’hui encore insuffisamment pris en compte.

… Malgré des spécificités liées au contexte particulier de chaque fonction publique

En raison de réorganisations multiples, d’objectifs d’optimisation très ambitieux, d’une anticipation insuffisante de la gestion des carrières et de difficultés rencontrées par l’encadrement, la fonction publique est aujourd’hui confrontée à :

  • Une dégradation du climat de travail renforcée par la baisse tendancielle des effectifs et des budgets. 
  • Une perte de repères vis-à-vis des pratiques professionnelles habituelles.
  • Une perte de sens vis-à-vis de la vocation du service public. 

Si les grandes tendances se rejoignent entre les trois versants de la fonction publique, il existe cependant des différences liées à la spécificité de chacune.

"Je propose l'A2T - Amélioration du temps travaillé - comme dispositif collectif incitatif à la présence." (Loïc Delastre - DRH du CHI de Compiègne - Noyon)

Ainsi, la fonction publique d’Etat fait face depuis 2007 à une réorganisation profonde dans le cadre de la réforme de l’organisation territoriale de l’Etat[1].  Le nombre de directions départementales et régionales a été réduit et certaines sont désormais pilotées au niveau interministériel (création des ARS, DIRECCTE, DREAL, et autres directions).

Quant à la fonction publique territoriale, déjà affectée par le transfert progressif de compétences de l’Etat, elle doit aujourd’hui anticiper les conséquences de la réforme territoriale et de la réduction du nombre de régions, source de profondes transformations

Enfin, la fonction publique hospitalière est confrontée à une intensification de la charge de travail dans un contexte de réduction budgétaire et de vieillissement de la population, et à une augmentation de l’absentéisme des agents[2].

"L'absentéisme et les risques psychosociaux sont des marqueurs de mauvaise qualité de vie au travail." (Général Jacques Brunot - Sia Partners et ancien DRH du Service de Santé des Armées)

  • Témoignage de Frédéric Valletoux, Président de la Fédération Hospitalière de France

    Le monde de la santé est encore très loin de l’objectif de simplification générale de la Fonction Publique. Pour preuve, la profusion des réglementations et la multiplication des intermédiaires qui complexifient d’autant le paysage, à l’instar des ARS qui peinent à se positionner en facilitateurs. Le projet de loi Santé adopté par l’Assemblée Nationale parviendra-t-il à amorcer les réformes de fond qui s’imposent face à l’objectif d’économie affiché de 5 Mds d’euros ? A la suite de Martin Hirsch qui soulignait récemment le caractère obsolète des accords 35 heures, je ne peux que rappeler la nécessité d’ouvrir un débat de fond sur l’organisation du travail à l’hôpital.

  • Témoignage de Loïc Delastre, DRH du Centre Hospitalier de Compiègne-Noyon

    Les récentes évolutions de l’hôpital (T2A…) pèsent sur l’organisation du travail et favorisent l’apparition de l’absentéisme. L’hôpital doit désormais dépasser les explications exogènes pour s’emparer des points d’organisation du travail qui sont de sa responsabilité, car le management et l’organisation sont les principales causes des difficultés individuelles rencontrées. Aussi l’hôpital a-t-il lancé une démarche QVT fondée sur la valorisation des compétences, l’approfondissement du diagnostic RPS et l’incitation à la présence par l’amélioration du temps travaillé, concept inversé de T2A. 

  • Retour sur le débat animé par le Général Jacques BRUNOT, Sia Partners, ancien DRH du Service de Santé des Armée

    Le débat s'est concentré sur quelques pistes de réflexion, qui seront développées lors des prochaines séances :

    Le projet d'accord QVT fait la part belle au télétravail. Concrètement, ce mode de collaboration est-il compatible avec l'organisation de la Fonction Publique ?

    QVT et ambiance de travail sont souvent associées et parfois confondues. Mais est-il possible de mesurer l'impact de l'ambiance sur l'engagement des agents ? Sur la productivité ? Sur la qualité de service ?

    Enfin, est-ce que les réformes et les transformations en cours ne gagneraient pas à anticiper leurs impacts en termes de QVT, plutôt que de les reléguer comme une conséquence à traiter in fine ?

Rythmé par les interventions de qualité que l’ensemble des invités a tenu à saluer, le lancement du Club QVT a su permettre l’émergence d’un dialogue constructif entre acteurs des 3 fonctions publiques. Fort de ce succès, le club a aujourd’hui vocation à se réunir tous les trimestres sous un format court et interactif. Chaque session sera l’occasion de mettre en lumière l’expérience de terrain d’un acteur et de faire un retour sur les difficultés rencontrées comme sur les réussites obtenues.

 

Le prochain rendez-vous est prévu le 07 juillet 2015.

 

Pour tout renseignement complémentaire ou pour rejoindre le club, écrivez-nous à clubqvt@sia-partners.com

 

 

[1] 22% des agents de la fonction publique d’Etat ont vécu un changement d’organisation du travail les douze derniers mois (source : DARES)

[2] 32% des agents disent ne pas pouvoir ressentir de fierté du travail bien fait.

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top