• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
09/06/2017

Restitution Club QVT du 27 Avril 2017 : évaluation et QVT, duel ou duo ?

Face au buzz médiatique annonçant la fin de l’entretien d’évaluation annuel, nombreuses sont les entreprises qui s’interrogent : l’entretien d’évaluation est-il un temps fort de la vie des collaborateurs ou une contrainte administrative ? Est-il réellement judicieux de le supprimer ? Quelles sont les bonnes pratiques ?

Retrouvez les résultats de notre enquête consacrée aux pratiques d'évaluation ici

"Faire accepter le rôle d’évaluateur et d’évalué " Eric Requis, Directeur Général Adjoint du SEDIF, Syndicat des Eaux d'Ile de France

L’évolution des pratiques d’évaluation au sein du secteur public conduit le manager à adapter sa posture vis-à-vis de ses agents. C’est toute la relation manager / agent qui doit être retravaillée pour que le collaborateur bénéficie d’un temps d’échange résolument tourné vers le développement.  

"Favoriser le terrain et non le reporting " Sandrine Reynaud, Responsable du Pôle Animation et Management du Campus IDF Transilien SNCF

A travers le projet « Petits Collectifs », SNCF Transilien a souhaité replacer le manager de proximité au cœur du terrain. Il a ainsi vocation à intégrer l’accompagnement des collaborateurs. Le développement des compétences revêt ainsi une importance capitale, non seulement à travers l’évaluation mais également par le suivi de l’équipe au quotidien.

"Un cadre souple pour se consacrer sur les échanges"

La clé d’un entretien réussi réside dans l’échange entre le manager et le collaborateur. Le cadre et les outils proposés doivent être pensés comme des facilitateurs pour l’échange et non des contraintes. Le cœur de la démarche repose donc sur la posture des managers et leur capacité à accompagner le développement des compétences et les trajectoires de carrière de leurs collaborateurs. 

 

Pour tout renseignement complémentaire ou pour rejoindre le club :

Rendez-vous sur notre site : https://www.clubqvt.sia-partners.com/

Ou bien par mail à l'adresse suivante : clubqvt@sia-partners.com

  • Eric REQUIS, Directeur Général Adjoint du SEDIF (Syndicat des Eaux d’Île-de-France)

    Les pratiques d’évaluation au sein du secteur public, très encadrées réglementairement, ont évolué au cours des dix dernières années : l’enjeu a été de passer d’un système de notation classique à une démarche d’évaluation qui permette de faire évoluer le collaborateur et de construire avec lui un parcours professionnel. L’évolution des pratiques a nécessité la mise en place d’un dispositif de formation à destination des évaluateurs et d’un accompagnement spécifique adressé aux évalués.

    Afin de tirer profit des bénéfices escomptés de l’évaluation, la session d’évaluation doit être préparée en amont par l’évalué et l’évaluateur. L’ensemble des données qui concernent l’agent doivent ainsi être présentes dans le support d‘évaluation, et pourront idéalement être actualisées au fil de l’année.

    Les bonnes pratiques mises en avant sont l’instauration d’une dynamique de suivi, un accompagnement : le manager doit jouer un rôle de soutien et d’accompagnement du collaborateur dans l’atteinte de ses objectifs tout au long de l’année. Enfin, Eric Requis a rappelé que consacrer du temps à la préparation et à l’échange est avant tout une marque de respect vis-à-vis de la personne évaluée.

  • Sandrine REYNAUD, Responsable du Pôle Animation et Management du Campus Île-de-France Transilien SNCF

    Le questionnaire d’évaluation binaire ne permet pas toujours une évaluation fine et un accompagnement adéquat : c’est pourquoi Transilien a souhaité mettre l’accent sur l’observation des situations réelles en favorisant la présence sur le terrain des managers et en allégeant les activités de reporting.

    Cette présence a permis aux managers de mieux comprendre les enjeux du métier des agents et de pouvoir réaliser des retours réguliers au travers « d’observations ». Ces observations réalisées avec l’agent sont des évaluations factuelles régulières et mettent avant les progrès de celui-ci. L’enjeu n’est pas d’évaluer toutes les compétences à chaque observation mais de focaliser sur les axes de progrès. Jusqu’à présent, Transilien s’est attaché à travailler sur les pratiques d’évaluation et non sur les outils : la prochaine étape sera d’accompagner les managers dans la dématérialisation des outils d’évaluation.

    Cet exercice d’évaluation est aujourd’hui accepté, perçu comme équitable et pris au sérieux par les équipes sans être source de stress.

  • Echanges et débat avec la salle

    Les participants ont insisté sur la nécessité d’adapter les dispositifs d’évaluation en fonction des métiers : l’évaluation d’un cadre ne se réalise pas de la même façon que celle d’un agent de terrain. Par ailleurs, il est important de différencier l’évaluation des compétences de l’évaluation de la performance : ces deux temps peuvent même parfois être décorrélés.

    Il est également important de s’interroger sur le compte-rendu de l’évaluation : l’utilisation d’un outil numérique, la difficulté à comprendre certains items du questionnaire d’évaluation peuvent parfois détourner l’évaluateur du fond de l’entretien. Le cadre de l’évaluation doit être assez souple pour pouvoir se consacrer pleinement aux échanges avec l’évalué. 

0 commentaire
Poster un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top